Région BRETAGNE
 Côtes-d’Armor, Finistère, Ille-et-Vilaine et Morbihan,  Loire-Atlantique,

SAINT MARCEL

le maquis a été créé en février 1943 par Émile Guimard, de Lizio, et Antoine Rolland, de Sérent, pour recevoir des parachutages d'armes5. En mai, ces derniers sont suspendus, après quelques ratés, pour ne pas attirer l'attention de l'occupant.

Le 5 juin 1944, l'ordre est donné par le colonel Morice (Paul Chenailler), chef départemental F.F.I., à tous les résistants du Morbihan de se rassembler à La Nouette, une ferme près de Saint-Marcel (soit environ 3 000 hommes).


MONUMENTS LORIENT ET SES ENVIRONS

monuments Lorient

Monument commémoratif de la reddition de la Poche de Lorient le 10 mai 1945.
Monument commémoratif de la reddition de la Poche de Lorient le 10 mai 1945.
Situé place de la Libération, un monument commémoratif érigé pour honorer la mémoire des combattants des Forces françaises libres (FFL).
Situé place de la Libération, un monument commémoratif érigé pour honorer la mémoire des combattants des Forces françaises libres (FFL).
La Légion d'honneur a été attribuée à la Ville de Lorient . Une place a été baptisée "place de la Légion d'honneur".
La Légion d'honneur a été attribuée à la Ville de Lorient . Une place a été baptisée "place de la Légion d'honneur".
Monument commémoratif de la bataille de Bir Hakeim
Monument commémoratif de la bataille de Bir Hakeim

monument nostang

NOSTANG:stèle pour commémorer la fin de la 2 ème guerre mondiale
NOSTANG:stèle pour commémorer la fin de la 2 ème guerre mondiale


Citadelle de Port-Louis (Morbihan)

Le mémorial des fusillés de Port-Louis a été érigé face à la rade de Lorient, à l'entrée de la citadelle où, au printemps 1944, les Allemands avaient installé un tribunal militaire spécial et où de nombreux résistants bretons ont été détenus et torturés, sur le lieu même où soixante-dix d'entre eux ont été fusillés après condamnation à mort ou exécutés sans jugement. La découverte de ce lieu d'exécution a été tardive. En effet, il était situé à l'intérieur de la poche tenue par la Wehrmacht jusqu'au 7 mai 1945, date de la capitulation de l'Allemagne nazie signée à Reims et de la reddition à Étel des troupes allemandes commandées par le général Fahrmbacher.

le 19 mai 1945, le Général Fahrmbacher, simulant un hoquet de dégoût devant le charnier de Port Louis que l'officier américain le contraignait à regarder, avait osé prétendre qu'il ignorait tout du sort de tous ces résistants, lui qui avait donné l’ordre de les incarcérer dans cette citadelle !!!
le 19 mai 1945, le Général Fahrmbacher, simulant un hoquet de dégoût devant le charnier de Port Louis que l'officier américain le contraignait à regarder, avait osé prétendre qu'il ignorait tout du sort de tous ces résistants, lui qui avait donné l’ordre de les incarcérer dans cette citadelle !!!

REDDITION DE LA POCHE DE LORIENT

« Herr Général, après neuf mois de résistance, je vous rends la forteresse de Lorient. »
« Herr Général, après neuf mois de résistance, je vous rends la forteresse de Lorient. »
Le 7 mai 1945, après avoir traversé sur un canot la ria d'Étel, la délégation allemande prend connaissance, dans le café du port du Magouer à Plouhinec, des termes de l'acte de reddition, dont les clauses sont identiques à l'acte utilisé pour la poche de Saint-Nazaire. Le lendemain, le 8 mai, l'acte de reddition est signé à Étel
Le 7 mai 1945, après avoir traversé sur un canot la ria d'Étel, la délégation allemande prend connaissance, dans le café du port du Magouer à Plouhinec, des termes de l'acte de reddition, dont les clauses sont identiques à l'acte utilisé pour la poche de Saint-Nazaire. Le lendemain, le 8 mai, l'acte de reddition est signé à Étel

Le 10 mai 1945 à Caudan, deux jours après la libération de la Poche de Lorient, le général Wilhelm Fahrmbacher (de) officier d'artillerie, chef du XXV corps d'armée allemande d'occupation en Bretagne, commandant des troupes allemandes de Lorient, présente la reddition de ses troupes au général Herman F. Kramer, commandant de la 66ème Division d'Infanterie américaine (The Black Panther Division) et au général Henri-Gustave-André Borgnis Desbordes, commandant de la 19e Division d'Infanterie et des FFI dans le Morbihan, en présence du général Francis Rollins, commandant d'artillerie américain du secteur de Lorient.

On fit une brève cérémonie, pour laquelle la Musique de la 66e Division entonna The Star Spangled Banner et La Marseillaise. Le Général Fahrmbacher et son état-major arrivèrent peu avant 16 heures escortés par le général Kramer et le colonel John W. Keating, chef d'état-major. On fit les salutations d'usages entre les trois parties auxquelles le général Fahrmbacher se plia volontiers sauf face au général Borgnis Desbordes.

Après un silence embarrassé, il informa le général Kramer de la reddition sans conditions de toutes les forces allemandes sous son commandement. Il sortit alors son pistolet de son étui et le présenta au général Kramer.

L'U.S. Army Signal Corps a immortalisé l'évènement, qui a eu lieu dans un champ près du bourg de Caudan, par un document filmographique.

Menhir de la reddition rue du 10 mai 1945 « Ici le 10 mai 1945 à 16 heures, le général Fahrmbacher de la Wehrmacht, commandant les troupes allemandes de Lorient, a rendu ses armes au général Kramer, commandant la 66e D.I.U.S., et au général Borgnis-Desbordes, commandant la 19e D.I. et les forces françaises du Morbihan » (inscription gravée sur la plaque).

Saint-Pierre Quiberon, Fort Penthièvre [Lieu d'exécutions et de mémoire]

Le mémorial des fusillés du fort Penthièvre se dresse à l'entrée de la presqu'île de Quiberon, sur le territoire de la commune de Saint-Pierre Quiberon (Morbihan). Intégré au dispositif du Mur de l'Atlantique, le fort Penthièvre se trouvait dans le périmètre de la poche de Lorient (Morbihan) tenue par la Wehrmacht jusqu'au 7 mai 1945, date de la signature de la capitulation de l'Allemagne nazie à Reims (Marne) et de la reddition à Etel (Morbihan) des troupes allemandes commandées par le général Fahrmbacher. Ce fort où siégeait un tribunal militaire allemand spécial, a servi jusqu'à cette date de lieu de détention et d'exécutions. Soixante dix patriotes y ont été fusillés après condamnation à mort ou exécutés sans jugement.

 

Base des sous marins de Lorient

Morbihan (56)

Construite entre 1941 et 1944 par l'Allemagne nazie pendant l'Occupation, elle est alors destinée à abriter les 2e et 10e flottilles de U-boote de la Kriegsmarine, tout en s'inscrivant dans le dispositif du mur de l'Atlantique. Sa présence est la cause de la destruction de la ville de Lorient par les aviations britannique et américaine en janvier et février 1943, puis de la reddition tardive de la poche de Lorient le 10 mai 1945.

La base sous-marine est récupérée par la Marine nationale après le conflit et sera utilisée jusqu'en 1997 comme base de sous-marins. Géré par la Marine dans le cadre du développement du programme de SNLE français, et pour la création de constructions navales à base de matériaux composites, le site est consacré depuis lors à des activités civiles dont le pôle d'activité est centré sur le domaine maritime.

Mémorial des parachutistes français du S.A.S. Plumelec

Morbihan (56)

Dans la nuit du 4 au 5 juin 1944, des parachutistes SAS, sous les ordres du Lieutenant Marienne, sautent au-dessus de Plumelec quelques heures avant le débarquement allié près du moulin de la Grée. Le caporal Bouëtard fût tué par l'ennemi. Il est le 1er mort de l'opération Overlord. Une croix a été érigée au Halliguen à l'endroit où il a été tué. Le moulin de la Grée, situé à 166 mètres d'altitude.

page en cours de construction